Intimate Audrey – Une vie de prestige aux brises douces amères

Ses gloires, ses passions, ses racines

« La Paisible et intense Audrey Hepburn me laisse l’image d’une jeune fille, tout juste sortie de l’enfance, bondissant sous ses airs gaies et enjoués de danseuse classique »

Plus qu’une icône.

Son air espiègle de jeune enfant se décime peu à peu, pour laisser place à une interpellante maturité qui s’installe sur son visage, alors qu’elle devient une femme. Mais quelques traits innocents et naïfs demeurent. C’est ainsi, dans cet équilibre où bourgeonnent les âges que grâce, agilité et minimalisme se glissent, dans le creux de son fin cou, de ses fossettes ou de ses yeux de biche. Et sur les photos de groupe, son joli minois, toujours très expressif, s’illuminait soudain plus fort, nous laissant ainsi, le regard accroché, presque suspendu. Aussi, dépourvue de toute forme d’opulence pour ne pas dire modeste ou peu charnu, elle suscitera assez d’intérêt pour créer un nouveau modèle de femme, iconique, à son image. On pourrait presque dire qu’elle soit partie de rien ! Elle a déjoué mode et critères de beauté de l’époque, de ses détails et subtilités. Elle affirma au monde sa petite poitrine et l’esquisse de ses larges sourcils, pour en faire de véritables atouts. Tandis que ses traits semblent encore respirer l’enfance et son teint saupoudré d’un voile pudique, sa silhouette, dans les bois ou sous la pluie s’est vue attribuer le titre de l’une des personnalités les plus « sex-appeal » de l’époque. 

Une belle et talentueuse jeune fille qui s’est épanoui dans la fleur de l’âge, et qui, de sa silhouette fragile, héritée d’une enfance anémique en temps de guerre, a arpenter le monde de son âme philanthrope et charitable. Durant ses dernières années, elle s’est consacrée à la fragilité et à la sous alimentation des enfants du monde. Une belle fragilité, il n’en demeure pas moins, mais qui, surtout, lui aura value les plus grands mérites, que d’avoir affronté son propre vécu et une réalité glaçante. Ceux de la dévotion, de la persévérance et du courage.

L’introspection.

Intimate Audrey est une exposition sur la vie d’Audrey Hepburn, créée par son fils Sean Hepburn Ferrer, en l’honneur de ses 90 ans dans sa ville natale, Bruxelles. L’entrée est abordable et, dans la continuité de ses oeuvres caritatives et aides aux malades, les bénéfices iront à « Eurordis-Rare Diseases Europe » ainsi qu’aux hôpitaux Brugmann et Bordet de Bruxelles.

Nous la (re)découvrons à travers une balade où photos, vidéos, objets, et documents lui ayant appartenu ou repêchés de l’histoire défilent. Les images constellent les murs de l’espace Vanderborght dans une toile inédite de prestations et de souvenirs figés. Toutes aussi uniques les unes que les autres, elles brassent les instants de sa vie, parsemés de mille émotions, ramenant presque Audrey à la vie.

Sans trop en dévoiler, l’exposition retrace exclusivement les chapitres positifs de sa vie, faisant l’impasse sur la guerre, le départ de son père, son divorce ainsi que ses derniers souffles. L’exposition arbore plutôt la jeune fille derrière l’icône, qui revit à travers photos, robes et accessoires, dessins et écrits humanitaires. On y voit son parcours, ses passions, ses grandes décisions, ses oeuvres ainsi que son fidèle et précieux entourage, accompagnée de sa tendre mère, d’une grande noblesse : la Baronne Ella van Heemstra, de son mari, un amour fusionnel : Mel Ferrer, de son styliste, également un grand ami : Huber de Givenchy, ainsi que de sa meilleure amie, d’une éblouissante gentillesse, Conie Wald.

A la fin de l’expo – la boutique. Vous y trouverez l’histoire de sa vie couchée dans les pages d’une BD, à l’initiative de Sean, son fils ainé et de sa petite fille, Karin. Ayez également l’opportunité de humer ce qui se rapproche le plus de l’odeur imprégnée dans les pièces de La Paisible, sa maison en Suisse. Un parfum exclusif (non commercialisé), qui reproduit les effluves qu’émanaient les fleurs du verger, mêlées au parfum d’ambre qu’il était coutume d’asperger dans ses intérieurs. Une découverte olfactive qui nous rapproche toujours un peu plus du quotidien et de l’univers d’Audrey Hepburn. 

Finalement, au-delà de sa grâce, de son naturel et de sa carrière pétillante, sa plus grande oeuvre aura été de sourire au monde entier. Sourire aux démons de son enfance, sourire à l’abandon et à l’indifférence de son père, et enfin, sourire à une Afrique éreintée par la guerre et par la famine, pour qui elle n’a cessé de se battre et de s’investir tant bien que mal pour les relever. 

Des sourires forts et immortalisés qui, à vrai dire, sont bien plus présents que je ne me l’imaginais, pour des yeux qui papillonnaient sous un lourd passé. Un sourire que la descendance Hepburn Ferrer aura pris soin de préserver et de déployer à l’espace Vanderborght, pour le perpétuer sur nos lèvres, désormais.

Quel plus bel hommage ses enfants auraient-ils pu lui rendre ?

Camille Trad

Pour plus d’informations :

Intimate Audrey 

Du 1er mai au 25 août 2019 dans l’Espace Vanderborght.

Leave a reply

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites