shutterstock_138282323
Vous avez tout compris des bières belges et de leurs arômes, vous connaissez l’ensemble des chocolatiers, et avez gouter toutes les friteries du coin. Vous parlez très bien le septante et le nonante et vous êtes incollable sur les dessinateurs de bandes dessinées (ou presque). Mais savez vous comment fonctionnent les institutions belges ? La politique Belge est à dix milles lieux de celle que vous connaissez en France. Un tant soit peu tarabiscoter, le système belge brille dans sa complexité.

En tout premier lieu, il est important de savoir qu’il y a ici trois langues officielles ; le français, le néerlandais et l’allemand.
Géographiquement

La Belgique comporte trois communautés et trois régions qui résultent du découpage linguistique. Le territoire de la région flamande correspond à la région linguistique flamande (au nord). Celui de la région wallonne englobe la région linguistique française et germanophone (au sud). Et enfin le territoire de la région de Bruxelles capital correspond à la région bilingue de Bruxelles. Maintenant les communautés : La communauté flamande se situe au nord avec la région de Bruxelles Capitale. La communauté française est au Sud avec la région de Bruxelles Capitale. Et la communauté germanophone se trouve à l’Est.
Fonctionnement

Le fonctionnement n’est pas simple. « La Belgique est un État fédéral qui se compose des communautés et des régions ». C’est par cette phrase que commence le premier article de la constitution belge. Autrement dit, la répartition des pouvoirs se fait entre 3 entités autonomes ; L’Etat fédéral, les communautés et les régions.

L’Etat fédéral se charge des affaires étrangères, de la défense, de la justice, de la finance et de la sécurité sociale. Le pouvoir législatif est exercé par le parlement fédéral et le pouvoir exécutif est confié au gouvernement fédéral.
Les communautés sont compétentes pour la langue, la culture, l’éducation et l’audiovisuel.
Les régions quant à elles sont qualifiées pour l’économie, l’emploi l’énergie, les travaux publique, le logement, l’aménagement du territoire et les transports.
Une fois que vous avez bien digéré tout ça, sachez que les régions et les communautés ont chacune leur propre parlement et leur propre gouvernement.

Il y a donc en Belgique 6 gouvernements différents et plus de 50 ministres.
Elections

Chaque niveau de pouvoir a ses propres élections. La durée des mandats des élus varie d’un niveau à l’autre. Les citoyens belges élisent de manière générale les représentants des assemblées ou parlements.

  • Au niveau fédéral, les élections législatives ont lieu tous les 5 ans. Les citoyens nomment les députés de la Chambre des représentants ainsi qu’une partie des sénateurs pour le Sénat. (Les prochaines élections législatives auront lieu en 2019)
  • Tous les 5 ans, lors des élections régionales et communautaires, les belges élisent les différents représentants des parlements régionaux et communautaires. (Les prochaines auront lieu en 2019)
  • Vient ensuite les élections provinciales et communales qui ont lieu tous les 6 ans. Les citoyens élisent les membres des 10 conseils provinciaux du pays et ceux des différents conseils communaux de Belgique. (Les prochaines élections se dérouleront en 2018)

Les différences culturelles et linguistiques divisent le pays et donnent lieu à une politique complexe. Depuis la naissance de l’état Belge en 1830 le clivage linguistique entre Flamand et Wallon reste toujours très présent. De plus, à ce clivage linguistique vient s’ajouter un clivage économique. Au XIXème siècle la Wallonie est le moteur économique belge. Aujourd’hui, et ce depuis 1966, le PIB par habitant Flamand dépasse celui de la Wallonie et la Flandre se porte beaucoup mieux économiquement que la Wallonie. Ce déséquilibre économique donne naissance à des partis flamands qui remettent en question le système fédéral des allocations familiales et aide sociale. Et le parti nationaliste flamand réclame même une Flandre indépendante. En 2010 le NVA, partis nationaliste flamand a reçu 17% des voies.

Quand la hausse du populisme se fait un peu partout en Europe, la Belgique ne fait pas exception et cette fragmentation qu’elle soit culturelle, économique, ou linguistique peut être une menace pour l’unité belge.