PIEYRE-ALEXANDRE ANGLADE UNE CONSTANTE D’ « EN MARCHE »
Le discours clair, le timbre de voix assuré, Pieyre-Alexandre Anglade est intarissable quand on lui parle de l’évolution de la société. Passionné et engagé, c’est un jeune homme au capital sympathique incontestable avec qui nous échangerons.
Pieyre-Alexandre Anglade est né en 1986 et passera sa petite enfance à Ville-d’Avray (banlieue de Paris). La séparation précoce de ses parents et le fait qu’il fut élevé par sa maman (éditrice) ont probablement laissé des traces (celles de l’absence d’un père), mais Pieyre-Alexandre se montre assez clair sur ce sujet : « Si mon père m’a manqué comme pour tout enfant dans ce type de situation, je n’ai jamais manqué d’affection ;  et si je voue une admiration aux deux femmes que sont ma mère et ma sœur, je sais aussi parfaitement ce que je leur dois » : une scolarité qu’il qualifiera lui-même de turbulente. Pieyre-Alexandre reconnait sans état d’âme qu’il n’était pas l’élève modèle que tout parent aimerait avoir, son parcours scolaire fut loin d’être un long fleuve tranquille. Pourtant, il fera un cursus supérieur de qualité : il commencera à étudier l’Histoire à la Sorbonne puis poursuivra par une Maîtrise en Affaires Politiques à Sciences Po, Strasbourg.

Bruxelles, attends-moi, j’arrive
Pieyre-Alexandre habite avec son amie depuis 7 ans à Bruxelles (Ixelles).
Assistant parlementaire du vice-Président (centriste) tchèque Pavel Telika du Parlement Européen, il sera un observateur privilégié de cette lame de fond des mouvements politiques alternatifs. C’est là, sans nul doute, qu’il décidera de se lancer dans le tourbillon politique. Mais l’existence de Pieyre-Alexandre Anglade ne se limite pas à la politique, il ne nous cache pas sa passion qu’il pratique régulièrement avec des amis (mini-foot à cinq) : «  J’adore le football, parce que ce sport est un peu le pouls d’une population » ; la troisième mi-temps est certainement aussi la plus fraternelle. S’il est élu, il s’investira, cela ne fait aucun doute, mais il sait déjà qu’une vie est faite de point d’équilibre.

Une entrée en politique élégante et basée sur le respect 
Pieyre-Alexandre Anglade est à peine trentenaire et voue une véritable admiration à Emmanuel Macron. Il n’est pas un homme d’appareil mais bien de conviction, autrement dit « il ne roule pas pour lui mais bien pour une équipe, un parti ». Il lui a ainsi été confié de conduire la liste « La République En Marche » pour les législatives 2017, un baptême du feu plutôt conséquent qui ne lui fait absolument pas peur.
Ce qui nous frappe dans son interview, c’est qu’à aucun moment, Pieyre-Alexandre n’a exprimé la moindre critique, ni même un sous-entendu sur ses concurrents aux Législatives ; au contraire, il a plutôt fait montre de respect envers chacun des candidats qui se présentent. Si le respect, en politique comme ailleurs, est fondamental, Pieyre-Alexandre Anglade compare des programmes mais pas des personnes.

Les candidats
Il y aura huit donc bien  candidats à la députation des Français de l’étranger pour la circonscription du Benelux. En plus de Muriel Reus (Sans étiquette), Philip Cordery (Parti socialiste), Perrine Ledan (Europe Écologie – Les Verts), Sophie Rauszer (La France insoumise), Valérie Bros-Khoury (Les Républicains), Charlotte Balavoine (PCF),  Caroline Laporte (UDI) et Pieyre Alexandre Anglade (LRM). Ainsi à Bruxelles, le premier tour aura lieu le dimanche 4 juin et le second le dimanche 18 juin.
photo: RTBF