PATRICK SAPY ITINÉRAIRE D’UN ALTRUISTE

Né d’un papa kinésithérapeute et d’une maman pianiste, Patrick a vu le jour à Saint-Chamont, près de Saint-Étienne, où il a vécu jusqu’à ses 18 ans. Si, à la base, Patrick Sapy voulait être interprète, ce n’est pas la voix qu’il choisira. Pour réaliser ses études supérieures, il migrera à Grenoble et intègrera les Sciences Politiques, option économie / finance, pendant 3 ans. Pendant cette période estudiantine, il en profitera pour faire un échange Erasmus en Management aux Pays-Bas et, plus précisément, à Leiden où il fera un stage au Ministère des affaires étrangères néerlandais – ce stage portera sur les problématiques de coopération et de développement.

L’économie sociale, c’est son « truc »

photo-patrick-sapy » En 91, après mon  Erasmus au Ministère des affaires étrangères aux Pays-Bas, je reviens en France, j’ai l’envie de m’améliorer, j’entreprends alors un DEA à la Sorbonne en économie Internationale qui durera 1 an. C’est là que j’entends parler pour la première fois de “microcrédit”, puis je fais un DESS à Strasbourg de 92 à 93. À la fin de mon DESS, j’ai alors 24 ans et, c’est en regardant « Envoyé spécial » à la télévision, dont la thématique était la “banque des pauvres”, que j’ai eu ce que j’ose appeler une « révélation » : je me suis dit que c’était cela que je voulais faire. Je m’informe auprès de l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Économique) devant faire mon service militaire je profite de cet opportunité pour le faire en coopération (18 mois au lieu de 12 mois) à l’ADIE et je travaille à Paris pour tester les méthodes auprès des personnes pour savoir si elles ne veulent pas devenir entrepreneurs. Autrement dit, je fais du porte à porte.

 

 

Un retour aux sources

En 1995, je quitte l’ADIE pour la simple et bonne raison que je souhaite m’éloigner de la Région parisienne. Après quelques recherches, je reçois une offre de Banquier (La Banque Populaire) et c’est à Saint-Chamont… cela va durer 3 ans puis 2 ans à Grenoble comme directeur d’Agence – 5 ans de Banque. En début 2000, j’ai un nouveau contact avec l’ADIE via certains de ses membres, je reçois une offre et je retourne à Paris où reste 8 ans. La société grossit, passe de 180 à 500 entreprises – cette période me permettra de me confronter aux Politiques et aux Capitaines de vaisseaux du CAC 40 ».

Patrick Sapy, Entrepreneur très « smart »

patrick-sapyPatrick Sapy parle 4 langues dont, bien entendu, parfaitement le néerlandais. « Je quitte Paris pour Lille (NDLR son épouse est lilloise) et j’intègre le réseau ‘Entreprendre’. Là, ma tâche est de développer un axe spécifique appelé Entreprendre Autrement. Nous passons du Business Model au Social Business, c’est une expérience enrichissante. En 2010, je suis une fois de plus rattrapé par l’ADIE. Après le rachat de Fortis par BNP PARIBAS, Max Jadot (pas encore CEO de BNP) portera le projet Micro-start chez BNP PARIBAS (l’ADIE apporte le savoir-faire, BNP PARIBAS les moyens) la CEE rejoindra le projet à travers les fonds d’investissement et en garantissant le risque de L’ADIE.

http://microstart.be/fr

SB