MURIEL RÉUS, UNE INDÉPENDANTE À BRUXELLES

Blonde et d’âge mûr, Muriel Réus est plutôt du genre à ne pas se perdre dans des considérations rôle et casse la glace rapidement. Elle est venue pour dresser son portrait mais il faudra contrôler tout au long de notre entretien sa fougue non pas politicienne mais due à sa liberté de penser.
Muriel est née à Bastia, d’une maman italienne (Florence) et d’un père catalan – un mélange parfaitement détonant. Vers l’âge de 8 ans, elle « immigrera » à Marseille où elle réalisera l’ensemble de son cursus avec, pour les études supérieures, une incartade à Aix-en-Provence.
Muriel Réus est depuis toute jeune éprise de liberté, ainsi elle « monte à Paris » après ses études, où elle participera à la tournée Europe 1 en tant que responsable de la communication des médias et sillonnera la France de long en large. Cette expérience confortera ce qu’elle sait déjà : elle souhaite être libre et décider elle-même de son destin.

Entrepreneuse dans l’âme
Pour y parvenir à 22 ans, elle emprunte 15.000 ff sans aucune garantie mais les banques (de l’époque) savaient croire en une personnalité (nous sommes dans les années 80). Cette somme en poche, elle ouvre son agence de Pub, dont les bureaux se situent au boulevard de la Madeleine, et des marques comme BMW, Benetton, Danone, etc. décident de lui faire confiance. La petite entreprise passe ainsi en quelques mois de 2 à 10 employés. Le rythme est soutenu et, au bout de 6 ans, les offres de ventes étant légion, Muriel décide de vendre : elle hésitera entre Publicis de Maurice Lévy et RSCG de Jacques Séguéla. C’est ce dernier qui remportera la mise et deviendra son « mentor » ; elle a alors 28 ans… Elle décidera 6 ans plus tard de ne plus renouveler ce contrat qui la liait à RSCG, malgré l’insistance de Séguéla : « Ma liberté n’a pas de prix », lui répondra-t-elle.

Altruiste aussi
C’est encore à l’issue d’une rencontre, avec Leonello Brandolini, alors Président des éditions Laffont, qu’elle rencontre Dominique Lapierre, écrivain philanthrope. L’homme a 70 ans, nous sommes alors en pleine affaire « Union Carbide », qui fit selon les estimations entre 20.000 et 25.000 morts à Bhopal (Inde). Muriel Réus se rendra sur place, à Haïti, au Mali, au Pakistan pour se mettre au service de la population locale avec l’aide et sous l’impulsion de Dominique Lapierre.
Retour aux sources
Le retour en France se fera dans les médias : c’est alors que Patrick Le Lay, l’actuel PDG de TF1, lui demandera de le rejoindre sur TPS en tant que Directrice générale adjointe pour le développement de l’image. Elle rejoindra ensuite Maurice Lévy chez Publicis Event, où elle dirigera pas moins de 250 personnes et en profitera pour réaliser un Executive Master à HEC Paris.

Son entrée en politique…
En 2016, Muriel Réus rejoint François Fillon avec qui elle créera 350 communautés de femmes et écrira pour l’ancien candidat à la Présidentielle le programme destiné aux femmes. « Je croyais et crois toujours profondément au programme de François Fillon, mais nous savons tous que l’élection s’est jouée autrement, et j’en ai tiré les leçons. Si j’ai décidé de me lancer dans les législatives, c’est en outre en prenant conscience que sa liberté et celle de ses électeurs ne doivent pas être trahies pour des combinaisons d’appareil. Voilà pourquoi je suis libérale, européenne et indépendante« .
SB