La Belgique un royaume dynamique au cœur de l’Europe.

Souvent raillé de façon simpliste par les français, la Belgique est au fond assez méconnue de ceux-ci. Ce peuple qui agit beaucoup plus qu’il ne parle à pourtant donné de grands noms à la France; René Magritte, Jacques Brel, Soeur Emmanuelle, Christine Ockrent, Marguerite Yourcenar ou les contemporains Benoit Poelvoorde, Cécile de France, Axelle Red, ou encore plus récemment Stromae.

Histoire

Le royaume de Belgique a vu le jour parce que des puissances comme la France, l’Angleterre, l’Allemagne l’ont laissé apparaître sur la carte. Le 4 octobre 1830, un gouvernement provisoire déclare l’indépendance des provinces belges. Le 26 décembre, lBruxelles avenue montaigneors de la conférence de Londres, la Belgique devient officiellement un pays indépendant. Léopold I de Saxe-Cobourg Ghota (d’origine allemande) devient alors le premier roi des belge aujourd’hui, c’est Philippe 1er qui est roi des belges. La Belgique est donc une très jeune Royauté qui est « coincé » entre des puissances comme l’Allemagne, La France et l’Angleterre. Ce pays particulièrement dynamique et créatif est en autre connu pour sa capacité à réussir d’improbables compromis.

 

Communautés et régions

provinces-belgiqueLa Belgique est un royaume,  on y vit dans un régime fédéral. Il y a trois communautés : flamande, française et germanophone. On compte 3 régions qui sont Bruxelles-Capitale, la Wallonie, la Flandres. Il y a 10 provinces et 589 communes. On parle donc au sein du royaume 3 langues officielles; le flamand (un patois proche du hollandais) le français et l’allemand. La Belgique compte actuellement 11 millions d’habitants. C’est par une loi du 27 mai 1890 que la date du 21 juillet fut instituée Fête nationale de la Belgique. Les Belges commémorent ainsi le serment fait le 21 juillet 1831 par Léopold Ier, premier roi des Belges, de rester fidèle à la Constitution. Si le 21 juillet est « copieusement » fêté en Wallonie et à Bruxelles, les autorités flamandes font « le service minimum » à ce sujet. En effet, la NVA (le plus important parti politique flamand) est indépendantiste et souhaite ainsi se détacher de la partie francophone du pays.

La problématique linguistique :

Si l’Etat Belgique est officiellement trilingue, il est surtout composé de deux aires linguistiques : la Flandre au nord et la Wallonie au sud, avec au centre la région bilingue de Bruxelles-capitale avec environ 85% de francophones. D’Est en Ouest,Belgique linguistique la Belgique est traversée en son milieu par une ligne de séparation appelée «frontière linguistique » fixée sous la pression des partis flamands par la loi du 28 juin 1932 sur l’emploi des langues en matière administrative il se trouve donc que Bruxelles se trouve en territoire flamand. L’utilisation des langues et surtout du français est un sujet très sensible en Flandre, d’ailleurs La Belgique est ainsi « condamnée » par la Commission européenne pour discrimination à l’embauche sur base linguistique. La problématique linguistique n’est pas à négliger si vous venez vous installer en Belgique. En effet, si vous habitez Bruxelles, le Brabant Wallon ou le Sud du Pays, vous ne vous apercevrez plus que probablement de rien, pourtant même si au Nord du pays on s’en défend « concernant les citoyens français », la langue de Molière n’est pas vraiment la bienvenue en Flandre, la raison n’est pas un ostracisme envers les français, mais pour nos amis néerlandophones, tout ce qui renforce la francophonie se fait « au détriment » de la langue flamande – ne vous y trompez donc pas sous des marques de sympathies sincères, nos amis flamands n’apprécient que moyennement l’arrivée constante de français en Belgique. Le lobby flamand est particulièrement bien organisé et à ainsi « noyauté » l’ensemble des administrations bruxelloises et les entreprises belges et étrangères pour y placer leur décideurs et ainsi faciliter l’engagement des flamands qui sont de bien meilleurs trilingues que les francophones. Pourtant, aujourd’hui les choses ont beaucoup évoluées et ce qui était vrai il y a 20 ans l’est beaucoup moins, c’est ainsi que l’on remarque que les francophones revendiques une part plus importante dans les postes clefs des administrations et des entreprises.

Les français en Belgique :

Avec entre 250.000 et 280.000 ressortissants (seulement 122.000 inscrits au Consulat), les français sont avec les italiens la plus grosse communauté étrangère de Belgique. Aujourd’hui encore, les français ne cessent de venir s’installer dans le royaume, la principale cause étant la douceur de vivre mais aussi une sorte de « bonhomie »  au point que de plus en plus de cadres de haut niveau acceptent des postes qu’ils n’auraient pas pris dans les années 2000. Les français sont, de par leur nombre et par le poids économique qu’ils représentent un acteur incontournable et puissant dans le dispositif économique belge. L’ambassade de France sous l’impulsion de S.E. Claude France Arnould est particulièrement dynamique et efficace dans l’aide au développement économique.