EVA LA SIMPLICITÉ COMME MODE DE VIE

Née à Laxou (Dpt de la Meurthe et Moselle en France), Eva Firion à vécu dans un village de 70habitants. Elle en gardera une grande humilité et une véritable simplicité.
Du haut de ses 23 ans, Eva Firion ne se départis jamais de sa bonne humeur et de son caractère constructif. Accessible, simple, humble, charmante sans jamais être charmeuse, Eva Firion est de ces personnes qu’il est un plaisir de côtoyer au quotidien. Rendre service est chez Eva une seconde nature, mais elle est aussi une travailleuse infatigable particulièrement talentueuse, si le gîte est partiellement financées grâce à l’aide de ses parents, le cout des études, le couvert et les besoins du quotidien sont à sa charge. Avec une obligation de résultat quant à ses études, Éva n’a pas d’autre choix que de travailler. Pourtant Eva à sa théorie sur les « petits boulots » – quand à faire des « jobs student » autant qu’il soit dans sa branche – ainsi appareil photo sous le bras Eva tente de monétiser outre sa grande fiabilité, son talent en graphisme, photos et vidéos. Il faut bien le reconnaître, sans pour autant que ce soit un cas unique, Eva Firion fait un peu figure d « Ovni » parmi les congénères de sa tranche d’âge.

evafirion

LES ÉTUDES OUI BIEN ENTENDU MAIS…

Ses études primaires elle les fera dans le village de Boncourt puis ira à Commercy pour la suite de ses études et décrochera un BAC en Sciences Économiques. Le précieux Césame en poche Eva Firion fera 2 années « Prépa » à Nancy qui devront l’amener dans une Haute École de Commerce. C’est là pour Eva une première révélation « je ne veux pas passer ma vie dans le commercial, cela n’est pas moi » nous dira t’elle. Eva, qui est aujourd’hui en troisième année à l’école de communication (ECS) de Bruxelles, n’a jamais fait mystère de son souhait de démarrer carrière au sein d’un un team créatif et si la chance lui en est donnée elle aimerait se mettre à la disposition de la chaine ARTE. Notre étudiante a des convictions affirmées comme par exemple le fait qu’être diplômé est un atout (surtout pour les DRH), mais si c’est une bonne base cela ne reste qu’une base et dans les métiers créatifs c’est loin d’être un « sésame » connaître la théorie est important et fait gagner du temps mais cela ne fait ni le talent ni le courage.

eva-barbara

UNE PROJECTION TOUT EN NUANCE

Comme nous le disions plus haut, Éva Firion est pour le moins atypique vs les jeunes femmes de sa génération, elle apprécie la solitude, la discrétion, n’a pas de rêve « fou » et pour celle-ci « l’argent est un moyen et en aucun cas un but ». Jeune femme de fond et peu de forme, Eva exprime clairement son besoin « pathologique » de créer. « Je ne suis pas pressée, chaque jour m’apporte quelque chose de beau et je m’en contente, je sais que c’est l’addition de ces jours qui feront mon chemin » exprimera t’elle. Quand on lui pose la question a t’elle un projet qui lui tient à coeur? la réponse est nuancée «  Oui, il s’agit d’un projet qui fera partager l’art autrement que de la façon dont les galeries le font aujourd’hui ». Quand nous souhaitons en savoir plus nous sommes éconduit en douceur en 2018 date à laquelle le projet lié à la nouvelle économie de marché, devrait voir le jour. Enfin, quand nous demandons à Eva qu’elle est la personne (hors cadre familial) qu’elle admire le plus sans la moindre hésitation celle-ci cite Charlotte du Pont de Romemont (jeune entrepreneuse diplômée de l’Ecole Nationale d’Architecture de Nancy).

SB