LA DS 3 PERFORMANCE CHIC ET BRANCHÉE

LA TRÉS BCBG DS3 PERFORMANCE, UN SACRÉ TEMPÉRAMENT

Elle est nerveuse, rageuse et particulièrement agressive, voilà comment l’on peut exprimer le sentiment après avoir fait un essai sur route de campagne, sur autoroute et en ville. Si la DS3 se situe dans la gamme très encombrée des Renault Clio RS, Peugeot 208 GTi et autre Mini, elle se distingue clairement par son look, mais aussi et surtout parce qu’elle a sous le capot… car c’est bien là qu’elle fait vraiment vraiment la différence et quand on se nomme performance il est naturel de s’attendre à quelque chose de cohérent, et bien nous avons a été servi. Si vous freinez tard et accélérez très tôt vous avez la voiture qu’il vous faut tant ses reprises vont vous clouer au dossier, ses pneus (taille basse) vous permettent de coller au bitume, sa maniabilité conjuguée à sa nervosité en font un réel plaisir de conduite.

UN LOOK QUI NE LAISSE PAS INDIFFÉRENT

Dans un segment ou les constructeurs rivalisent avec plus ou moins de réussite et de gout…, DS Automobile à misé sur une valeur sure. Ainsi, en choisissant un look BCBG, le constructeur joue la carte de la sécurité, permettant ainsi aux détenteurs de DS3 de n’êtrejamais ringard d’une part et d’être toujours de  » bon gout  »  d’autre part.
Ce pari qu’on fait les Designer de chez DS Automobile, il faut aussi bien le reconnaître est plutôt réussi. En effet,  cette volonté de se distinguer socialement des autres véhicules de sa catégorie est plutôt bien jouée, parce que la DS3 performance touche aussi à travers la personnalité de son moteur et de son habitacle une catégorie de personnes pas aussi sage que l’on pourrait bien le croire. En clair BCBG sans tempérament s’abstenir…

 

UNE CONSOMMATION SAGE POUR UN MOTEUR QUI NE L’EST PAS

A la pompe, la DS3 Performance vous réservera une surprise agréable : si vous conduisez « normalement » , ce que le moteur sait faire bien, vous descendrez sous les 8 l/100 km ce qui pour ce type de moteur est une véritable… Performance.

SB

ANNE-SOPHIE EYMEOUD

ANNE-SOPHIE EYMEOUD, DIRECTRICE GÉNÉRALE DE LA BANQUE ROTHSCHILD

Lorsqu’ Anne-Sophie entre dans la salle de réunion où je l’attends, le contact est instantané – franc, direct. Avec une poignée ferme, un regard pénétrant et un sourire sincère, Anne-Sophie Eymeoud nous accueille au 6e étage du 166, avenue Louise.
anne-sophie

UN VÉRITABLE INTÉRÊT POUR SES INTERLOCUTEURS
Certes, nous venons de l’interviewer mais le premier ¼ d’heure que consacrera la Directrice Générale de la Banque Rothschild à l’exercice de dresser son portrait me sera consacré… Anne Sophie Eymeoud aime connaître, comprendre et découvrir les gens à qui elle a affaire, ce qu’elle accomplit avec un naturel et un désir dicté par une belle intelligence émotionnelle de s’imprégner de l’autre. C’est sans nul doute cette façon toute personnelle d’établir le contact qui nous permettra de communiquer de façon plus fluide et spontanée.

UNE NORMANDE À BRUXELLES, VIA PARIS
C’est à l’âge de 14 ans qu’Anne-Sophie quitte sa Normandie natale pour Paris. Elle entreprend son cycle supérieur à Paris Dauphine en option Finance.  Alors qu’elle poursuit son année de maîtrise, elle effectue parallèlement un stage de 6 mois dans la salle des marchés du Crédit Lyonnais, qui se transforme en stage d’une année. Au regard de cette expérience, Anne-Sophie poursuit ses études à Science Po en Master de finance d’entreprise et marchés de capitaux.  Anne-Sophie démarre ensuite sa carrière au sein de la salle des marchés (dérivés actions) de la BNP, puis rejoint après 2 années le métier de la gestion de fortune, où elle rencontre son mentor en la personne de Xavier Chabasseur.
En 2000 , elle quitte Paris pour Bruxelles et participe au démarrage de la succursale d’INDOSUEZ en Belgique avec, comme cibles, Français et Belges. Deux années plus tard, la banque Indosuez ayant été rachetée par le groupe Crédit Agricole ferme sa succursale belge. C’est UBS qui souhaite à son tour s’adjoindre les services d’Anne-Sophie pour former un quatuor et permettre à la firme de s’implanter en Belgique. Après s’être plongée dans la culture helvétique de 2001 à 2006, Anne-Sophie Eymeoud rejoint la filiale belge de la célèbre maison genevoise Lombard-Odier– dont elle deviendra la Directrice Commerciale. Un peu plus de huit ans plus tard (en 2014), la non moins célèbre Maison Rothschild & Co lui propose la Direction Générale de la Banque en Belgique et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Anne-Sophie Eymeoud s’y épanouit et y embrasse des valeurs auxquelles elle tient.

LA PASSION COMME MOTEUR, L’ULTRA-ACTIVITÉ COMME RYTHME

Ceux qui se sont frottés au professionnalisme d’Anne-Sophie Eymeoud la reconnaissent comme  une « Wonder Business Woman » rigoureuse, empathique, efficace et fiable – mais la « gestion de patrimoine » requiert à ce niveau de responsabilité une personnalité complète.
Lors de notre entrevue, nous avons tenté de comprendre le côté « pile » et, si la carrière d’Anne-Sophie Eymeoud est pour le moins riche et couronnée de succès (de responsable de clientèle pour les Français à Directrice Générale, en passant par la case Directrice Commerciale), sa vie personnelle l’est tout autant et, à certains égards de façon assez étonnante.
pic_0776Maman de 3 enfants (2 garçons et 1 fille), Anne-Sophie est viscéralement passionnée par eux. Malgré ses responsabilités professionnelles qu’elle ne néglige jamais, le temps consacré aux siens relève de son équilibre de base.
Entière, quand Anne-Sophie se lance dans quelque chose, elle ne peut le faire que par passion : il lui est difficile sinon de s’investir corps et âme. Ses passions, parlons en; sont aussi plurielles qu’éclectiques. Notre Directrice Générale se passionne donc pour l’alimentation saine à laquelle elle s’adonne, se rend active dans le monde philantropique mais ce n’est pas tout : – et si, au vu de sa personne et de son discours, l’on se rend immédiatement compte de son excellente hygiène de vie et de la place prépondérante qu’occupent ses enfants dans la hiérarchie de ses intérêts, on sera plutôt surpris d’apprendre qu’une autre passion d’Anne-Sophie est la boxe anglaise. Et pourtant, en y réfléchissant, quiconque a pratiqué le noble art sait quel degré d’exigence il faut atteindre pour le pratiquer de façon régulière et efficace.

SB

PASSION FOR WATCHES

Emirzian

Marianne en parle :

« Passion for Watches » une expo pour les amateurs de belles montres

L’édition 2016 de cette manifestation biennale fête ses 30 ans d’existence, en parallèle avec son édition Luxembourgeoise « Les Journées de la Passion » et ravira, cette année encore, les amateurs d’horlogerie d’exception. En effet, 27 grandes marques seront exposées du 18 au 20 novembre sur un même lieu, le Cercle de Lorraine, en face du Palais de Justice de Bruxelles, permettant ainsi d’admirer ce que les grandes manufactures horlogères réalisent de plus beau, tant sur le plan technique qu’esthétique.

piaget2

A cette occasion, les collections les plus récentes présentées il y a quelques mois lors des Salons Professionnels de Bâle et de Genève seront réunies, pour le plus grand plaisir des visiteurs. Parmi les grandes marques horlogères, notons entre-autres la présence de Cartier, Baume & Mercier, Hermès, Jaeger-Le-Coultre, Piaget, Vacheron Constantin, IWC Schaffhausen, Breitling et bien d’autres encore.

La collaboration des principaux horlogers-joailliers de la capitale tels que De Greef, Cosyns et Tollet, joue également un rôle économique majeur dans la dynamisation du secteur de l’horlogerie de luxe et de la joaillerie. Ce trentième anniversaire sera également l’occasion de proposer quelques présentations événementielles très attirantes :

Une exposition consacrée aux 225 ans de la Manufacture Girard-Perregaux, quelques pièces issues du Musée de la Manufacture IWC Schaffhausen, une exposition de 30 montres d’exception, des ateliers d’initiation à l’horlogerie, ainsi qu’une expertise proposée par Pierre Bergé & Associés. Ne manquez donc pas cette prestigieuse exposition, l’occasion unique pour les vrais passionnés d’admirer et de découvrir les nouveautés ainsi que les plus belles pièces des collections horlogères de grand luxe.

Marianne Emirzian

Plus d’informations :
Passion for Watches – 18-20 novembre – Cercle de Lorraine/ 6 place Poelaert /1000 Bruxelles
Cocktail sur invitation vendredi-samedi de 19h à 22h et dimanche de 12h à 13H30
Ouvert au public samedi de 11h à 18h et dimanche de 13h30 à 18h
http://www.passionforwatches.be/

‘T MISVERSTAND UN RESTAURANT BIEN BRUXELLOIS

‘T MISVERSTAND UNE MAISON DE QUALITÉ DANS LA PURE TRADITION BRUXELLOISE

'TMISVERSTANDUn oeuil sur les fourneaux, l’autre sur l’entrée, Jean-Marc Schellens a su conférer à l’endroit le juste équilibre entre un décor intemporel qu’offre une ferme qui approche les 400 ans d’existence, et une assiette aussi gourmande que généreuse. Loin de ces cadres aseptisés nous entrons dans l’authentique au ‘T MISVERSTAN.
Coté bouche, vous ne pourrez échapper aux incontournables belges, tomates crevettes, généreuses croquettes aux fromages etc… Pour vous nous avons goûtés le gibier puisqu’il est de saison.
Écouter Jean-Marc c’est un peu comme une encyclopédie sur le ‘t Misverstand et quand l’on déguste le gibier du ‘t Misverstand, on pénètre dans une  autre sphère tellement le gout est fin et la viande subtile. On ne pourrait résumer la philosophie du ‘t Misverstand et de sa cuisine « la goûter, c’est le vérifier ».
Côté cave, comme à chaque fois nous faisons confiance au Maître de Maison, mais nous avons remarqués que la cave, réserve quelques très bonnes surprises, entre autres du côté Languedoc mais aussi une intéressante sélection de vins « bio » et, pour les amateurs de jolis flacons, un choix de grands crus à faire pâlir un certain nombre de grandes maisons, à ceci à une différence non négligeable près qu’ils sont ici nettement plus abordables…
‘t Misverstand restaurant,
916 chaussée d’Alsemberg à 1180 Uccle
Tél. 02/376.23.98  www.misverstand.be
Fermé le samedi midi, le dimanche toute la journée

DS AUTOMOBILE UNE MARQUE DE PRESTIGE

DS AUTOMOBILE DANS LA COUR DES GRANDS
Cela faisait bien longtemps que la France n’avait pas de marque automobile de prestige. La france est le pays du savoir faire de luxe, de la tradition mais aussi le numéro 1 des maisons de luxe et comble du comble pas une seule marque « premium » – DS Automobile a donc mit un terme à ce manquement.
ds5-avenue-montaignebestdrive-citroe%cc%88n-ds3-givenchy-le-makeup-04-e1464342650299
Conçue pour une clientèle à la recherche d’expression personnelle, probablement le segment laissé par SAAB, DS se positionne naturellement dans « l’avant garde » la différence à l’autre. la collection DS comprend les Nouvelles DS 3, DS 3 Cabrio, DS 4, DS 4 Crossback et DS 5 pour l’Europe.

 DS Automobile, se veut être l’incarnation de l’élégance et du savoir-faire à la française. Lancée en 2015, la marque DS s’inspire des valeurs d’innovation et de distinction héritées de la DS de 1955.

MAÏT ARMOIR LE CONCEP-STORE QUI CARTONNE

maitc%cc%a7UNE ENTREPRENEUSE NÉE

Un oeil sur la porte, un autre sur la caisse et toute son attention pour nous, Maïté entre directement dans le vif du sujet, du haut de ses 24 ans. C’est la patronne et elle en possède déjà les bons réflexes.
Des études primaires au collège Saint-Michel de Bruxelles puis à Wavre, des secondaires à Wavre puis en Polynésie française, des études supérieures à Papeete puis sur le Campus de Louvain-La-Neuve… bref, une scolarité plurielle à son image.
« J’ai vu mes parents beaucoup travailler, j’ai donc été bercée dans cet univers où, quand on ne fait rien, il ne se passe rien. Pourtant, j’ai aussi compris que, si je pouvais m’investir corps et âme pour un projet, alors ce serait MON projet, je ne le ferais pas pour un tiers – je je l’ai trop vu faire par mes parents. Alors que j’entamais la fin de mon cycle supérieur, ce que je savais déjà s’est révélé à moi – l’école telle qu’on la connaît aujourd’hui, ce n’est pas pour moi. J’ai donc pris mon courage à deux mains et j’ai été voir mes parents, leur ai expliqué
mes souhaits (interrompre mon cursus et ouvrir un concept-store sur le campus de Louvain-La-Neuve). Mes parents n’étaient pas surpris de ma décision, la seule question qu’ils se posaient depuis un temps certain était de savoir « quand » je la mettrais à exécution. Le projet exposé, ils ont fait corps avec moi pour que je puisse m’épanouir en le réalisant».

UN CONCEPT REDOUTABLEMENT EFFICACE

« Louvain-La-Neuve, je veux l’avoir et je l’aurai ».
J’ai vite intégré que LLN était un vivier d’étudiants perpétuels et que, comme eux, j’avais des besoins, des envies et une vie estudiantine riche et animée. J’ai donc décidé de répondre à des besoins probablement, des envies certainement, c’est pourquoi j’ai ouvert le Concept-Store « Maït Armoir » qui permet de s’habiller de la tête au pied, d’utiliser le bar à chignon minute, de se faire les ongles instantanément, bref de pouvoir sortir en Cercle pomponnée de A à Z en un temps record, le tout une coupe de champagne à la main.
vidéo de l’ouverture:

UN MONDE CONNECTÉ

Maïté maîtrise les réseaux sociaux et c’est le moins que l’on puisse dire en contemplant sa page Facebook pro (Maït Armoir) : et c’est bien plus de 200.000 personnes qui en sont membres, ce qui induit que le Concept-Store vedette de Louvain-La-Neuve compte des « afficionado »s d’un peu partout. « Oui, ce fut la surprise, les gens viennent de Bruxelles, de Liège, du Hainaut, de Namur, de Leuven, bref, d’un peu partout. Dans mon segment de marché, il faut une image, un service, des produits toujours différents avec un rapport qualité/prix de tout premier plan et, bien entendu, une politique digitale réfléchie, soutenue, offensive et complète. Aujourd’hui, nous avons finalisé notre site de vente en ligne avec bien entendu une réflexion sur la logistique qui permettra un temps de livraison le plus court possible».
SB

LES DEUX FONT LA PAIRE

_mg_5324L’un est brun, l’autre est (presque) blond, Jérémy est volubile, Pierre est réservé, l’un est fonceur, l’autre est analytique. Ils se sont rencontrés sur les bancs d’une école de Communication à Bruxelles (ECS). Alors que leur personnalité aurait dû les distancer, leur envie de créer leur propre entreprise les a rapprochés.

UN PROJET NÉ D’UNE BELLE COMPLICITÉ
Dans la même Classe en 2e année de communication, Jérémy s’assied devant et Pierre, lui, se place toujours derrière, ce qui illustre parfaitement leur tempérament. Pierre et Jérémy, c’est la même positive attitude. Pierre déclarera : « MERCURY, c’est l’idée de Jérémy, c’est son bébé ; quand il m’en a parlé, j’ai été séduit par le concept particulier de créer une Start-Up dans l’école en étant encore aux études et de travailler avec des étudiants en leur apportant cette exigence que demande toute entreprise. Je décide de rejoindre Jérémy et l’aventure commence ». MERCURY possède plusieurs objectifs identifiés :
a) permettre à des PME et TPE d’intégrer la notion de digital et réseaux socio dans leur démarche, notamment par de la
formation et du coaching ;
b) offrir aux TPE et PME la possibilité de travailler avec une agence souple, très jeune, dont l’ADN est la formation continue (puisque logée au sein de l’ECS) ;
d) permettre à des étudiants de Bachelor ou de Master à se frotter au quotidien aux besoins de l’entreprise.
Enfin, à peine ouverte, l’entreprise à déjà vu frapper à sa porte des marques des plus prestigieuses… Nous ne pouvons que leur souhaiter bonne chance.

enlight1-1Jérémy Foucray, né à Tour, c’est une forme d’intelligence vive, rapide sur la balle. Les études ne représentent pas vraiment un problème pour lui, même s’il confiera qu’il s’y est parfois ennuyé, même très ennuyé. Pour Jérémy, ce qui est important, c’est d’avancer, de pouvoir concrétiser ses propres idées ou la matière qu’il a assimilée dans le Cycle supérieur. Il l’accomplira au cours des stages qui ponctueront son cursus. Il laissera d’ailleurs chez Mc Anders (société de chasseurs de tête) une trace importante : Jaimie Haye, la Directrice générale, ne tarit d’ailleurs pas d’éloge sur son passage. Très (très) volubile, Jérémy aime débattre et convaincre ses interlocuteurs – il ne lâche jamais le « morceau ».

_mg_5149
Pierre Koob, c’est une sorte d’anti-Jérémy Foucray. Né dans le Var, il est arrivé en Belgique en 1998. Le jeune homme est posé, il a l’écoute passive mais bien réelle. Plutôt observateur, Pierre n’intervient que peu mais souvent de manière pertinente dans un débat. Il est le faiseur, celui qui mettra les idées en musique, fera respecter les délais, coordonnera l’ensemble des compétences dans un projet et gèrera l’incontournable administration que demande une entreprise aussi jeune soit-elle. Même s’il ne semble pas le créatif du duo, il possède cette capacité à intégrer sans difficulté les idées les plus « farfelues » et peut être capable de les structurer pour les rendre cohérentes dans un ensemble.
SB

LE RÊVE RICHELLE, UNE BELLE DÉCOUVERTE

LE RÊVE RICHELLE A ESSAYER SANS HÉSITER

Situé à Waterloo, ce restaurant français a le chic pour vous accueillir dans un cadre intime où l’on se sent bien.
Quand Claire est au violon et Benoit à l’accordéon, il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas être aussi à l’aise que chez soi.
073
Côté fourneaux, c’est Benoit le patron. Benoit fonctionne à l’inspiration et quelle belle inspiration que ce soit à travers le goût ou visuellement la surprise est toujours au rendez-vous. Benoit c’est aussi un « Globe Trotteur », ce qui explique qu’il n’est jamais en manque d’inspiration pour ce qui touche aux saveurs.
Claire c’est la maîtresse de maison, elle vous accueille, vous « cocoone » et ne vous quitte jamais des yeux, c’est l’autre face de la pièce « RÊVE RICHELLE » et si le restaurant est intime il le doit aussi à Claire à qui il tient à cœur que les convives se sentent parfaitement bien.
img_8300
Un petit conseil: après avoir choisi votre menu faite confiance à Claire pour une belle harmonie mets/vins.
LE RÊVE RICHELLE
Drêve Richelle, 96
B-1410 , Waterloo
Tel: +32 (0)2/354.82.24
E-mail : info@reverichelle.eu
Mercredi, jeudi, vendredi & samedi : de 19h00 à 21h00
Dimanche : de 12h00 – 14h00

CULINARIA 2016 UN GRAND CRU!


Marianne en parle :

Cette année Culinaria voit les choses en grand.

Pour sa huitième édition Culinaria fait peau neuve et dévoile son nouveau projet : Autumn by Audi, qui aura lieu du 18 au 30 octobre prochain. Pour cet événement, un tout nouveau lieu sera dévoilé, un ancien entrepôt industriel transformé pour l’occasion et avoisinant les 8000m2. Un lieu éphémère et grandiose situé sur la tête du bassin de Biestebroeck, digue du canal 8. Pour l’occasion 60 chefs belges et internationaux seront réunis sous le même toit en compagnie des meilleurs artisans et producteurs, ainsi que des plus grands barmen belges et européens. La saison de l’automne et des festins y sera célébrée autour de trois univers différents, trois scénographies, trois décors incroyables :
culinaria Bruxelles

Le Mercato Leffe, le foodmarket des chefs, parfait repère des amateurs de beaux produits, avec au programme 10 chefs par jour qui cuisineront un plat fétiche et 6 métiers de la gastronomie (boucherie, boulangerie, épicerie, maraîcherie…) venus présenter les meilleurs produits de Belgique et d’ailleurs. Plusieurs bars accueilleront les visiteurs avec une large sélection de café, thé et vins. Leffe y présentera son savoir-faire ancestral et sa collection de bières belges brassées depuis des siècles, le tout en mode walking dinner. Un vestiaire food sera mis à disposition pour y déposer les courses auprès des boutiques éphémères. Du mardi au samedi de 18h à 23h et le dimanche de 12h à 17h.

Le restaurant gastronomique San Pellegrino, aussi élégant qu’improbable, mené chaque soir par quatre grands chefs de Belgique et d’ailleurs. Ce sera donc un grand restaurant avec tables sur réservation, une équipe de maîtres d’hôtel, un sommelier, un menu huit services unique pour une expérience gastronomique intense. Du mardi au samedi de 20h à 23h.

Le club Perrier, dévoilera l’art du cocktail et de la mixologie grâce aux meilleurs bartenders européens et leurs créations inédites, joyeux mariage du solide et du liquide, de saveurs et de textures. Chaque soir un chef prendra part aux festivités pour réaliser à quatre mains avec un barman un cocktail audacieux autour d’un verre et d’une mise en bouche. Du mardi au samedi à partir de 22h.

L’atelier Magimix proposera des démonstrations de chefs et des ateliers culinaires, permettant de partager conseils et recettes. Chaque soir, deux ateliers seront proposés. Un atelier culinaire gourmand pour cuisiner comme un chef avec le nouveau robot Cook Expert de Magimix et un atelier masterclass imaginé selon une règle de trois : une thématique/une technique/une personnalité. Du mardi au samedi de 19h30 à 21h et le dimanche de 13h30 à 15H.
14799762_10154730908064589_1845639979_o

 

Parmi les chefs belges et internationaux présents, les visiteurs retrouveront entre-autres Yves Mattagne, Pascal Devalkeneer, Lionel Rigolet, Stefan Jacobs, ou encore l’islandais Vilhjalmur Sigurdarson et le coréen Sang-hoon Degeimbre. Notons également la présence des chefs français David Martin, Florent Ladeyn,   Loïc Villemin et Patrick Roger.
Ne manquez donc pas cet incontournable événement culinaire, véritable festival de la gastronomie, une expérience gustative à ne rater sous aucun prétexte.

Marianne Emirzian

Pour plus d’informations :
Du 18 au 30 octobre
Digue du Canal 8/1070 Bruxelles
www.autumn.brussels

ANNE LANGE, L’ESPRIT D’ENTREPRENDRE

« Je ne sais pas vous, mais à chaque fois que je rencontre un(e) « ÉNARQUE », je suis toujours surpris par sa capacité à se montrer particulièrement pointu(e) sur les éléments de langage. Anne Lange, qui a le contact facile et non codé, n’échappe pas pour autant à cette règle. »

CERTAINS CROIENT EN CE QU’ILS DISENT, D’AUTRES EN CE QU’ILS FONT!

anne-lange-1Nous rencontrons Anne Lange dans les nouveaux bureaux de sa Start Up Mentis qu’elle codirige au 17, rue du Berger à Ixelles.
Très féminine, avec un subtil mélange de charme et d’élégance très parisienne, Anne Lange nous accueille. Née à Nice, la CEO de Mentis revendique ses origines. C’est lorsqu’elle avait 5 ans qu’au gré d’une mutation professionnelle paternelle la famille Lange monte à Paris. Anne s’adapte très facilement et elle l’exprimera avec beaucoup de philosophie : « Personnellement, j’estime que chaque lieu constitue autant d’opportunité de rencontres ». 
Quand on pose la question à Anne Lange sur ce qu’elle aimait faire quand elle était enfant, la réponse fuse sans l’ombre d’une hésitation : « Mes choix se sont fixés très tôt, j’ai toujours su ce que je voulais dans ce cas précis, c’était Médecin Militaire ou Ambassadrice de France ; et si je ne suis pas Ambassadrice, c’est dû au fait que le Quai d’Orsay interdit au conjoint d’exercer une fonction à responsabilité – jeune mariée à la sortie de l’ENA, j’ai donc fait un autre choix». 
[if !supportLineBreakNewLine]

UNE TÊTE TRÉS BIEN FAITE

Anne Lange choisit en effet une formation générale qui la tourne vers le service public. Après Sciences Po, elle entrera à L’ENA dont elle sortira en 1994. « À la sortie de l’ENA, je prend le poste de tutelle de l’État sur l’Audiovisuel Public et j’y resterai 4 ans. L’un des point d’orgue est que je ferai, auprès du Comité de direction des services du Premier Ministre, une présentation « sur les autoroutes de l’information » ; nous étions alors en 1997… Anne Lange nous confiera : « À cette époque-là, je ne suis pas certaine que les interlocuteurs autour de la table aient vraiment saisi le sens et le contenu de la présentation. Ce premier emploi m’a apporté deux choses principales :
a) rejoindre mes premiers conseils d’administration en tant que représentante de l’État;
b) m’initier au Management.
Le statut de haut fonctionnaire donne accès très jeune à des dossiers passionnants, qui traitent de sujets macro-économiques et multi-dimensionnels où la notion de création de valeur est plus complexe que dans le privé, rivé sur des considérations plus micro-économique. Puis, il y a cette dimension de l’intérêt général dont on ne se départit jamais ».

THOMSON, L’ANTI-MODÈLE DE L’ENTREPRISE

« En 1998, j’entre chez Thomson, ce sera pour moi l’antichambre du secteur privé. Je crois y découvrir l’entreprise, l’avenir m’enseignera que je m’y frotte plutôt à l’anti-modèle de l’entreprise pour trois raisons:
1) La politique de cost killing l’emporte sur l’innovation;
2) Le pilotage du cours de bourse à très court terme l’emporte sur la création de valeur long terme;
3) L’empilement des brevets ne s’accompagne pas d’une vision technologique hollistique sur les solutions complètes qu’ils permettraient de créer. Je suis alors en charge du Planning stratégique, puis du département e-business ; j’assisterai ainsi, impuissante, au fait que nous avions la licence du brevet MP3 qui a fondé l’accès à la musique numérique, mais que le “Lyra” de Thomson est resté confidential face au I-Pod d’Apple qui quelques années plus tard, utilisant ce brevet,bouleverse le marché. Malgré tout, les 6 ans passés chez Thomson furent sans conteste formateurs.

CISCO, QUAND LA VISION DEVIENT RÉALITÉ

San Jose, California, USA --- Silicon Valley around San Jose --- Image by © Charles O'Rear/Corbis

Changement d’entreprise, certes, mais  c’est surtout un changement de « monde » pour Anne Lange. « Aux antipodes de Thomson, nous sommes chez CISCO dans une culture d’entreprise à long terme et de bâtisseurs. Cette vision à long terme se matérialise par une réaffectation des marges dans la R&D, dans le personnel qui est considéré comme l’élément principal de l’actif de l’entreprise – CISCO est à mes yeux une marche forcée (intelligente) à l’innovation, innovation testée par le client qui fait de ce dernier un véritable partenaire.
En 2008, je suis envoyée aux USA – plus précisément en Californie à Palo Alto où j’occupe le poste de Directrice des opérations globales pour le secteur public –, c’est pour moi un choc. Outre la richesse intellectuelle vraiment importante, deux dimensions me fascinent littéralement :
1) Un souffle d’innovation qui transforme littéralement le monde, pas seulement avec internet, mais en bio-tech, en écologie, en agriculture, en tout;
2) les ressorts de l’entreprenariat dans une joie de vivre époustouflante.
Cette période m’a fait beaucoup changer, découvrir de nouveaux amis, en perdre car nous ne voyions plus le monde de la même manière.Ce passage en Californie m’aura donné une tout autre envergure – en 2010, fin de ma mission, je rentre, et c’est le cœur lourd que l’avion me ramène en France.

2010, RETOUR AUX SOURCES ET RÉVÉLATION

ech21216110_1

Pourtant, si le départ de SF ne fut pas de gaieté de cœur, le retour à Nice lui mit un peu de baume. En effet, Anne Lange rejoint le centre de Recherche & Développement de CISCO à Sophia Antipolis, et participle à l’élaboration des stratégies sur l’Internet des Objets. Le fossé avec ce qu’elle venait de vivre à Palo Alto est grand. C’est probablement là que se produit une révélation. Un an plus tard, elle décide de quitter CISCO, pour se lancer dans le bain des entrepreneurs et ainsi créer sa propre start-UP, avec un associé ingénieur, qui répond au nom de « Mentis ». « Chez Mentis », on donne de l’intelligence aux données brutes, nous nous sommes spécialisés dans la gestion d’espace urbain afin de permettre aux collectivités locales d’optimiser le trafic, le parking, l’éclairage, la gestion des déchets, etc.

 

« J’AIME LA BELGIQUE ET J’AIME TOUT AUTANT BOUGER »
bruxelle-by-night

Depuis deux ans, Anne Lange vit et découvre avec plaisir la Belgique, malgré de fréquents déplacements entre Paris, Londres, Toronto et Kuala Lumpur où se développent ses principaux projets. Anne a ce besoin de bouger. Il faut dire que ses mandats d’Administratrice (actuellement au Board d’Orange, de Pernod Ricard et de l’Imprimerie Nationale) lui demandent certes du travail mais aussi l’occasion de traverser la frontière à de nombreuses reprises. Cette vie multidimentionnelle lui semble incarner le modèle professionnel du XXI siècle : les frontières s’effacent, les expériences s’enrichissent mutuellement sous l’effet de la convergence des technologies qui rapprochent les mondes et nous forcent à penser autrement.

Stéphane Baudry